Bienvenue sur le blog de mes stages et ateliers  d'écriture !

Textes écrits par des participants à mes ateliers et à mes stages d'écriture, manifestations littéraires, concours... 

Dernière publication

David T.
16 février 2024
Textes d'ateliers

Au détour du chemin, je sens mon cœur gronder, mon souffle se raccourcit et mon rythme cardiaque s'accélère. Je m'essouffle et manquant d'air et d'oxygène, je suis en train de me colorer en violet ou en pourpre, je ne sais exactement. Ce qui est sûr, c'est que mon cœur résonne voire il cogne da...

Mon autre blog littéraire

Des articles sur l'écriture, des conseils, des exemples, des bibliographies et mes propres textes. Ci-dessous, les derniers articles publiés.

Visitez mon blog

Nina Berberova, Le Laquais et la putain

L'intensité d'un court roman "à la russe"...

Lire...

Ecrire juste ?

Il faut « Écrire juste », voilà une formulation essentielle que j’ai envie d’interroger...

Lire

Taille du texte: +

​SUR LE QUAI

Texte d'atelier d'écriture sur le visage Atelier Écrire le visage

« Le visage est une évidence qui témoigne d'autre chose, il excède sa forme, (…) le visage est une énigme mais pas un secret. » Emmanuel Lévinas

Le glacier rue Saint Louis en l'ile fait toujours fureur. Je remonte la queue en me disant qu'ils vont se régaler, les visages pétillants anticipent déjà le plaisir de la dégustation. J'entraperçois une langue qui lèche une lippe gourmande, saisis les bribes d'une controverse âprement ponctuée de hochements de tête sur le velouté du parfum pêche ou le capiteux du parfum gianduja. Je souris, on me sourit en retour, petite complicité fugace de gourmands.

Je file prendre le bus. Il fait bon, Jules ne revient que demain. Après la semaine éreintante que nous venons de traverser, il a fui, déserté, moi pas, besoin de respirer la ville, d'en humer à petites gorgées la trépidation.

Je débouche sur le quai, en contrebas quelques corps alanguis prennent le soleil, coiffés de chapeaux à bords larges ou de bobs aux tons vifs, une prairie bigarrée vue de dessus. J'aime ce Paris transfiguré.

Le bus est en vue, je hâte le pas, bouscule dans mon élan une chevelure rousse, foisonnante, j'entends un cri rageur que je feins d'ignorer. Le 43 arrive…trop tard, il repart. Plus de place sur les petites chaises en plastique bleu, je me cale contre un montant. Face à moi un visage démesuré vante les exploits d'une crème miracle, visage de sable, lisse comme une dune ombrée, visage de poupée. Un visage surface qu'aucun souffle n'anime mais qui nous invite pourtant à nous refigurer pour effacer le dépôt des scories quotidiennes. Sur un siège, une vieille femme usée, la main sur son caddie, le dos vouté. Si je devais la dessiner, j'esquisserais son portrait à grands traits incisifs, une gravure dont seuls les noirs ressortiraient, comme ces rides qui lui chevauchent le visage, griffent ses joues creusées, cernent ses lèvres fanées, charrue du temps dont l'encre trace des sillons indélébiles mais qui n'en atténuent pas la douceur. Je pense à Giacometti dans son incapacité à saisir la forme, qui multiplie les lignes pour tenter de la cerner, pour l'empêcher de fuir. Un visage résille qui trahit les combats intérieurs, les défaites peut être. Un visage souffrant. Terrible reflet à venir, terrible partage du souvenir des absents dont l'ultime image hante ma mémoire. Et malgré la défaite de ce visage, j'y puise un instant l'histoire de ce qui nous relie, un visage temps, un memento mori. Je pense au curieux télescopage entre ce visage et cette vénus « défigurée » qui nous invite, à sa manière, à remonter le cours du temps. Ce qu'il y a de plus profond en l'homme, c'est la peau, écrit Valéry.

Le spectacle de la rue, sous la quiétude des platanes, berce tranquillement l'attente qui s'étire. Je m'invente ethnographe du trottoir.

Un jeune homme passe, tête rasée, crâne luisant, une barbe naissante comme une vapeur, ses oreilles, deux pavillons insolites à l'affût du monde. Un papa pousse un landau, son regard plonge dans l'obscure cavité qui protège son petit, un léger pli sur le front. Une fillette sautille à ses côtés, nimbe de cheveux brillants de soleil, angelot bondissant et facétieux, un petit Raphaël urbain.

Plus loin, sur un banc, une femme se gratte la tête d'une main tremblante. Malgré la chaleur de cet après-midi, une écharpe de laine lui mange le menton. Une vie de solitude et d'abandon se dessine derrière ses lunettes rafistolées. Les passants flânent, indifférents. Je devine à travers ses cils mi-clos cette lassitude de vivre chassée du regard des autres. Soudain un flot de touristes s'interposent, disciplinés, visages tendus dans la même direction, vers le même but, bouches arrondies, doigts pointés, admirent, s'exclament sur commande, au loin Notre Dame détache sa flèche, majestueuse, imposante, unique.

La vague me frôle, le bus arrive.

Je vois le reflet de mon visage dans la vitre, je me souris, je grimace, on va me prendre pour une folle…qu'importe. Je croise un regard, transparent, troublant, d'une simplicité candide, un regard nu où tout semble dit, une vision de l'enfance qui s'est éloignée ; je souhaiterais m'en rapprocher comme on s'approche d'un corps. Ne dit-on pas toucher du regard ? mais dans cette caresse, que saisit-on du visage de l'autre si ce n'est, peut-être, la projection de nos tourments intimes ?

Je m'assieds. Tout un rang de nuques me fait face, mutiques.


Giaccometti
Désert
​Self vie

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
jeudi 22 février 2024

Textes à redécouvrir

15 juin 2021
"J'ai été très prise par sa lecture. J'ai beaucoup aimé les descriptions de cette nature âpre, de ces paysages rudes qui engendrent la nostalgie.Heure...
840 lectures
12 août 2021
Des clameurs me réveillent en sursaut. Le feu ! Le feu ! Je dégringole le tronc à encoches qui mène à ma hutte. Un flot acre et blanchâtre a déjà enva...
678 lectures
20 novembre 2022
Il y a la musique d'All You Need is Love, reprise en chœur par les copains et les cousins, quand Louise, au bras de son jeune mari, sort de la petite ...
435 lectures

Phrases d'auteurs...

"Le romancier habite les seuils, sa tâche est de faire circuler librement le dedans et le dehors, l'éternité et l'instant, le désespoir et l'allégresse."  Yvon Rivard

" La vie procède toujours par couples d’oppositions. C’est seulement de la place du romancier, centre de la construction, que tout cesse d’être perçu contradictoirement et prend ainsi son sens."  Raymond Abellio

"Certains artistes sont les témoins de leur époque, d’autres en sont les symptômes."  Michel Castanier, Être

"Les grandes routes sont stériles." Lamennais 

"Un livre doit remuer les plaies. En provoquer, même. Un livre doit être un danger." Cioran

"En art, il n’y a pas de règles, il n’y a que des exemples." Julien Gracq, Lettrines 

"J'écris pour me parcourir. Peindre, composer, écrire : me parcourir. Là est l'aventure d'être en vie."Henri Michaux

"La littérature n’est ni un passe-temps ni une évasion, mais une façon–peut-être la plus complète et la plus profonde–d’examiner la condition humaine." Ernesto Sábato, L’Ecrivain et la catastrophe

"Le langage est une peau. Je frotte mon langage contre l'autre. " Roland Barthes, Fragments d'un discours amoureux 

 

 

Mots-clés

Absence Adresse Afrique Allégorie Alpinisme Amour Anaphore Animal Antonin Artaud Attente Auteur participant aux ateliers Autoportrait Baiser Bateau Blaise Cendrars Cadre Campagne Christian Bobin Chronologie Cinéma Construction Corps Couleur Couleurs Couple Course Covid Description Désert Désir Dialogue Diderot Ecrire Ecrire ailleurs Ecriture automatique Emmanuel Berl Enfance Enumérations Ephémère Epiphanie Erotisme Exil Fable Faits divers Faulkner Felix Fénéon Fenêtre Fête Fiction Filiation Flux de conscience Folie Fragments Gabriel Garcia Marquez Gestes Giono Guerre Haïkus Henri Michaux Humour Idiomatiques Ile Imaginaire Inceste Indicible Instant Japon Jean Tardieu Jeu Julio Cortázar Langue Laurent Gaudé Légende Léon Bloy Lieu Littérature américaine Main Maternité Mauvignier Médias Mémoire Métaphore Métro Miroir Moment historique Monologue Intérieur Monuments Mort Mots Mouvement Musicalité Musique Mythe Mythes Narrateur Noms de personnage Nourriture Nouvelles Novalis Nuit Numérique Objets Odeurs Oxymores Pacte de lecture Paternité Patio Paysage Peinture Personnage Photo Phrase Phrases Poésie Point de vue Polyphonie Portes Portrait Printemps des poètes Projection de soi Quotidien Raymond Queneau Récit d'une vie Réécriture Rencontres Résilience Rituel Roman Romantisme Rythme Scène Science-fiction Sculpture Secret Sensation Sève d'automne Silence Soir Solitude Son Souvenir Sport Stages Steinbeck Stupéfiants Style subjectivité Sujets d'actualité Synesthésie Synonymes Téléphone Témoignage Temporalité Texte avec "tu" Textes écrits à plusieurs Tobias Wolff Vieillissement Ville Visage Voix Voyages Voyeur Zola Zoom