Bienvenue sur le blog de mes stages et ateliers  d'écriture !

Textes écrits par des participants à mes ateliers et à mes stages d'écriture, manifestations littéraires, concours... 

Dernière publication

Noémie N.
22 avril 2024
Textes d'ateliers

Texte d'origine : « La douleur qui précède la chute. Les fantômes qui dansent devant les yeux. Autour, tout est anéanti. C'est vide, déserté. L'image sans le son. On regarde autour de soi. Les formes, les objets, les gens qui habituellement font sens, sont vidés de leur substance. Comme lo...

Mon autre blog littéraire

Des articles sur l'écriture, des conseils, des exemples, des bibliographies et mes propres textes. Ci-dessous, les derniers articles publiés.

Visitez mon blog

Dernier article paru
Dernier article paru

Orwell et le langage

Le langage contemporain aurait-il quelque chose d'orwellien?

Lire

Taille du texte: +

Encore 4 minutes

nocturne- Atelier Paysage sonore

La vielle dame s'est installée près de la fenêtre.

Le rituel est immuable. Fauteuil, couverture, napperon, tasse, soucoupe, madeleine.

La rue est calme, un peu laiteuse.

Les étals du marché ont été démontés, les trottoirs laqués d'eau. Le ballet de patois élastiques, d'invectives recuites, de plaisanteries programmées, s'est tu.

Pétole dans le quartier.

Elle consulte le cartel. Encore 4 minutes.

L'air est doux pour la saison, un peu pâteux. Il ne faudrait pas qu'elle s'assoupisse.

Il flotte un souvenir suranné d'amande douce, d'encaustique et de linge frais repassé, quelque chose de suspendu, un rien du silence avant la tempête ; l'heure du serein disait-on autrefois. Elle se dit qu'elle a toujours entendu « serin » du nom de ce petit oiseau jaune, qui gringottait dans sa petit cage en osier sur le balcon de sa chambre d'enfant.

Emue, elle se souvient. Comme il avait l'air de savoir des choses ce petit grelot pointilleux ! Que pouvait-il bien raconter de ses voyages intérieurs, avec sa note gracile et obsédante ?

Plus que 3 minutes.

Dans la fruitière sur la table, les joues des pommes se font de l'œil.

Il y a aussi le glouglou mutin du robinet de la cuisine, le grignotis de la chaudière, la toux bredouillante du voisin, le souffle coquet des voilages, le bruissement rond et gracieux de l'ascenseur.

L'univers est aux aguets, prêt pour le lever de rideau.

Enfin un invisible chef d'orchestre abaisse sa baguette.

Le coucou boitille hors de l'horloge. La vielle dame ne compte plus ses apparitions, autrefois ébouriffées et fanfaronnes. Lui aussi a pris de l'âge, se dit-elle. Le héros a désormais le vagissement plaintif ; ses injonctions pétaradantes et triomphales sont devenues discordantes et anarchiques.

Qu'importe, il est fidèle au poste, tend le cou et ouvre vaillamment le bec.

La vieille dame s'est redressée, le cœur cousu, le sourire brillant, l'œil frisé.

Se sont tout d'abord quelques notes, un vagissement voilé, puis un vrombissement rauque qui enfle lentement, s'ouvre, se déploie, s'élève ; de gémissement confus il devient grondement, de clapotis il passe à ressac, puis à clameur volatile, enfin à brouhaha insubmersible.

Ça y est, c'est parti. Le diable est de sortie.

L'horizon se remplit de tohubohu, tintamarre, brouhaha, ramdam, charivari et tout le tintouin.

Ça piaille, ça choule, ça hulule, ça claquette, ça caracoule, ça margotte à qui mieux mieux ; tabliers de travers, sacs à dos béants, chaussettes en tirebouchon, couettes en « zigalonzi », gants célibataires, s'époumonent de concert et rythment ce capharnaüm hypnotique.

Les nuées de poussins, poulettes, canetons, futurs coqs, colombes, cygnes ou paons, ont envahi la cour, déchainés, rugissants, exubérants, soulagés.

On a frôlé Chopin, dépassé Bach, on attaque Wagner.

De l'autre côté de la grille, des mamans toujours, des papas parfois, quelques nounous, deux ou trois grands parents ont dégainé pains au chocolat et Choco BN.

Il y a du froissement pointu de papier, du jeté susurré de mouchoirs, des baisers énergiques, des frôlements rugueux, de la plainte, des refus, de la rumeur et des promesses. On raconte, on renifle, on chougne, on gargouille et on soupire d'aise, la bouche pleine.

La vie est là dehors, urgente, acharnée, magistrale, turbulente sous les platanes déplumés et stupéfaits.

Il est 16 h 40.

La sonnerie métallique et entêtée de l'école s'est tue.

Le coucou est rentré depuis longtemps panser son chevrotement, le serin n'est plus qu'un souvenir palpitant et fluet.

La vieille dame grignote sa madeleine et le soupir des miettes attendrit sa prunelle.

C'était hier dans sa salle de classe ; les matins grincheux, le crissement râpeux des craies, l'appel redouté au tableau, le raclement des chaises, le frou-frou des mouches, le fredonnement solennel des heures, toute cette petite ritournelle lancinante, dissipée et tiède qui faisait son quotidien.

La Symphonie Fantastique s'achève, on peut revenir aux douceurs feutrées des Préludes, aux Impromptus mélancoliques, aux Nocturnes douillets.

La vielle dame apaisée et nostalgique somnole doucement au son chuintant du car scolaire qui démarre.

Elle a éteint son sonotone.

Jusqu'à demain, 16h25. 

La colonne brisée
La maison vide

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
jeudi 25 avril 2024

Textes à redécouvrir

5 mai 2021
18h30. Plus qu'une demi-heure. Touche finale : petit trait de crayon autour des lèvres, puis rouge à lèvres corail pour un peu de gaieté, avec une poi...
688 lectures
31 mai 2021
Emma Il fait chaud dans l'atelier. Tu aurais espéré que la scène n'exista pas, mais tu savais que c'était inexorable. Tu connaissais Edmond, il succom...
703 lectures
15 juin 2019
La Nuit m'accompagne depuis toujours. Elle se cache le jour dans une région obscure, au fond d'un puits, sous la terre, dans une galerie profonde en m...
1226 lectures

Phrases d'auteurs...

"Le romancier habite les seuils, sa tâche est de faire circuler librement le dedans et le dehors, l'éternité et l'instant, le désespoir et l'allégresse."  Yvon Rivard

" La vie procède toujours par couples d’oppositions. C’est seulement de la place du romancier, centre de la construction, que tout cesse d’être perçu contradictoirement et prend ainsi son sens."  Raymond Abellio

"Certains artistes sont les témoins de leur époque, d’autres en sont les symptômes."  Michel Castanier, Être

"Les grandes routes sont stériles." Lamennais 

"Un livre doit remuer les plaies. En provoquer, même. Un livre doit être un danger." Cioran

"En art, il n’y a pas de règles, il n’y a que des exemples." Julien Gracq, Lettrines 

"J'écris pour me parcourir. Peindre, composer, écrire : me parcourir. Là est l'aventure d'être en vie."Henri Michaux

"La littérature n’est ni un passe-temps ni une évasion, mais une façon–peut-être la plus complète et la plus profonde–d’examiner la condition humaine." Ernesto Sábato, L’Ecrivain et la catastrophe

"Le langage est une peau. Je frotte mon langage contre l'autre. " Roland Barthes, Fragments d'un discours amoureux 

 

 

Mots-clés

Absence Adresse Afrique Allégorie Alpinisme Amour Anaphore Animal Antonin Artaud Attente Auteur participant aux ateliers Autoportrait Baiser Bateau Blaise Cendrars Cadre Campagne Christian Bobin Chronologie Cinéma Construction Corps Couleur Couleurs Couple Course Covid Description Désert Désir Dialogue Diderot Douleur Ecrire Ecrire ailleurs Ecriture automatique Emmanuel Berl Enfance Enumérations Ephémère Epiphanie Erotisme Exil Fable Faits divers Faulkner Felix Fénéon Fenêtre Fête Fiction Filiation Flux de conscience Folie Fragments Gabriel Garcia Marquez Gestes Giono Guerre Haïkus Henri Michaux Humour Idiomatiques Ile Imaginaire Inceste Indicible Instant Japon Jardin Jean Tardieu Jeu Julio Cortázar Langue Laurent Gaudé Légende Léon Bloy Lieu Littérature américaine Main Maternité Mauvignier Médias Mémoire Métaphore Métro Miroir Moment historique Monologue Intérieur Monuments Mort Mots Mouvement Musicalité Musique Mythe Mythes Narrateur Noms de personnage Nourriture Nouvelles Novalis Nuit Numérique Objets Odeurs Oxymores Pacte de lecture Paternité Patio Paysage Peinture Personnage Photo Phrase Phrases Poésie Point de vue Polyphonie Portes Portrait Printemps des poètes Projection de soi Quotidien Raymond Queneau Récit d'une vie Réécriture Rencontres Résilience Rituel Roman Romantisme Rythme Scène Science-fiction Sculpture Secret Sensation Sève d'automne Silence Soir Solitude Son Souvenir Sport Stages Steinbeck Stupéfiants Style subjectivité Sujets d'actualité Synesthésie Synonymes Téléphone Témoignage Temporalité Texte avec "tu" Textes écrits à plusieurs Tobias Wolff Vieillissement Ville Visage Voix Voyages Voyeur Zola Zoom