Bienvenue sur le blog de mes stages et ateliers  d'écriture !

Textes écrits par des participants à mes ateliers et à mes stages d'écriture, manifestations littéraires, concours... 

Dernière publication

Noémie N.
22 avril 2024
Textes d'ateliers

Texte d'origine : « La douleur qui précède la chute. Les fantômes qui dansent devant les yeux. Autour, tout est anéanti. C'est vide, déserté. L'image sans le son. On regarde autour de soi. Les formes, les objets, les gens qui habituellement font sens, sont vidés de leur substance. Comme lo...

Mon autre blog littéraire

Des articles sur l'écriture, des conseils, des exemples, des bibliographies et mes propres textes. Ci-dessous, les derniers articles publiés.

Visitez mon blog

Dernier article paru
Dernier article paru

Orwell et le langage

Le langage contemporain aurait-il quelque chose d'orwellien?

Lire

Taille du texte: +

La maison vide

Atelier réécriture Atelier L'auteur au travail

Texte d'origine 

"Lorsqu'il voulut ouvrir le portillon, il dût le pousser de toutes ses forces, tellement l'herbe avait envahi le jardin. Depuis combien de temps n'était-il pas venu ?

Tout avait l'air abandonné. Les massifs autrefois si beaux, débordant de fleurs soigneusement choisies selon leur couleur, à dominante bleue du côté du puits où les plumbagos légers et majestueux occupaient une place de choix, près de la porte d'entrée c'était le rose délicat du vieux rosier Pierre de Ronsard qui escaladait le mur, ces massifs qui naguère formaient un ensemble harmonieux étaient maintenant conquis par les herbes sauvages. Seuls quelques dahlias fidèles se laissaient apercevoir au milieu de cette forêt de graminées.

Les piquets de bois qui contrôlaient l'exubérance des rosiers avaient depuis longtemps disparu et ils en profitaient pour dégringoler en cascade le long des murs, il en vit certains se perdre dans l'herbe.

Le temps qu'elle passait à discipliner cette végétation, à tailler les rosiers, à semer des fleurs pour l'été…il fallait que ce soit beau !

Il s'arrêta."

Je veux que l'on sente que cet homme a mis beaucoup de temps avant de pouvoir revenir dans cette maison où il a vécu avec sa femme ; que l'on sente sa difficulté à entrer dans ce lieu ; le portillon fonctionne un peu comme une frontière, le franchir, pour lui, c'est ouvrir une brèche dans ce qui le protège encore de ses souvenirs douloureux.

C'est pourquoi, je ne peux pas le faire entrer directement dans le jardin, d'un seul geste, d'une seule poussée, il n'a pas cette énergie ; arrivé au portillon, il doit forcément avoir un temps d'arrêt, presqu'un recul, la transformation du jardin le saisit, elle lui renvoie en plein cœur l'absence de celle qui entretenait cet espace et le temps qui a passé depuis son départ. Le foisonnement de la végétation lui renvoie aussi bien l'absence de sa femme que sa présence.

En fait, il doit y avoir plusieurs niveaux de représentation dans ce jardin, celui que l'homme voit à ce moment-là, fouillis, abondance, odeurs … le jardin du souvenir, la présence de sa femme qui peut n'être suggérée que par petites touches et le jardin éprouvé, ressenti qui figure la détresse de l'homme. Il faut que j'arrive à suggérer ces trois niveaux en même temps, entremêlés, pas évident.

D'abord, l'évocation du jardin d'avant arrive trop tôt, elle prend le pas sur celui que voit l'homme ; on est dans son regard, la prolifération végétale doit être la première impression, or, elle n'est pas assez marquée, je dois montrer un peu plus le fouillis, il me faut des mots plus expressifs pour le décrire : je supprime les massifs, les souvenirs du jardin ordonné, je les remplace par des mouvements, des odeurs fortes : « C'était un fouillis indescriptible de plantes séchées sur pieds par le soleil, de tiges sombres couchées par le vent d'automne qui pourrissaient au sol ; des plantes sauvages et broussailleuses s'élançaient dans tous les sens et bloquaient le chemin, il ne reconnaissait plus rien. Une odeur terreuse, musquée le prît à la gorge. »

Un autre élément n'est pas assez présent, la nature a repris ses droits, c'est elle qui agit, il n'y a plus personne pour la contrôler, il faut la rendre vivante, la personnifier: « La vigne vierge avait sans peine gagné le toit et s'était frayée un chemin jusqu'au pommier voisin qu'elle enserrait maintenant de ses lianes encore flamboyantes, les ronces elles, s'étaient emparées du puits qui semblait se recroqueviller à leur contact. Tout n'était que débordement, foisonnement, envahissement. C'était une désolation. »

Maintenant, comment traduire la présence/absence de sa femme dans cette description ?

« les massifs autrefois si beaux…, le vieux rosier Pierre de Ronsard… » ça ne va pas, c'est trop descriptif et puis un peu convenu comme vision. Il faut sans doute peu de choses, quelques fleurs aperçues sous les feuillages, quelque outil oublié, cette évocation doit faire surgir l'émotion de l'homme. « Près de la porte d'entrée, il chercha le rosier qu'elle aimait tant, les piquets de bois étaient couchés par terre, plus rien ne le soutenait. Il l'imagina un instant enfui lui aussi. Où était-il parti ? Du regard, il fouilla sous le fatras des herbes et des branches et finit par aperçevoir les longues tiges souples, encore vertes, qui avaient réussi à se faufiler jusqu'à trouver la lumière et faire éclore ces bouquets de petites roses blanches qu'elle disposait partout dans la maison dont le parfum lui revint aussitôt. Pourquoi n'était-il pas revenu plus tôt ?

Il poussa le portillon de toutes ses forces, incapable de retenir les larmes qui coulaient le long de ses joues et il entra dans le jardin »

Texte réécrit

« Arrivé au bout du chemin, la main sur le portillon, il s'arrêta abasourdi par ce qu'il voyait. C'était un fouillis indescriptible de plantes séchées sur pieds par le soleil, de tiges sombres couchées par le vent d'automne qui pourrissaient au sol, des plantes sauvages et broussailleuses s'élançaient dans tous les sens et bloquaient le chemin, il ne reconnaissait plus rien. Une odeur terreuse, musquée le prît à la gorge. La vigne vierge avait sans peine gagné le toit et s'était frayé un chemin jusqu'au pommier voisin qu'elle enserrait maintenant de ses lianes encore flamboyantes, les ronces elles, s'étaient emparées du puits qui se recroquevillait au contact de leurs griffes. Tout n'était que débordement, foisonnement, envahissement. C'était une désolation.

Près de la porte d'entrée, son regard chercha le rosier qu'elle aimait tant, les piquets de bois étaient couchés par terre, plus rien ne le soutenait. Il l'imagina un instant enfui lui aussi. Où était-il parti ? Il fouilla sous le fatras des herbes et des branches et aperçut les longues tiges souples, encore vertes, qui avaient réussi à se faufiler jusqu'à trouver la lumière et faire éclore ces bouquets de petites fleurs blanches qu'elle disposait partout dans la maison dont le parfum lui revint aussitôt. Pourquoi n'était-il pas revenu plus tôt ?

Il poussa le portillon de toutes ses forces, incapable de retenir les larmes qui coulaient le long de ses joues et il entra dans le jardin »

Encore 4 minutes
Printemps de poètes

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
jeudi 25 avril 2024

Textes à redécouvrir

13 décembre 2019
 Atelier du 11 décembre 2019 / Oxymores... Il était une fois une petite fille d'un blond sombre et qui était grande pour sa taille. Sa sages...
1067 lectures
2 janvier 2021
La cloche de l'église avait sonné midi depuis déjà un bout de temps, pourtant rien ne bougeait. Depuis plusieurs heures une foule de plus en plus dens...
890 lectures
16 juin 2019
Depuis la dernière longue marche, le groupe avait trouvé un abri confortable en flanc de colline , assez profond pour les contenir tous, des anfractuo...
1231 lectures

Phrases d'auteurs...

"Le romancier habite les seuils, sa tâche est de faire circuler librement le dedans et le dehors, l'éternité et l'instant, le désespoir et l'allégresse."  Yvon Rivard

" La vie procède toujours par couples d’oppositions. C’est seulement de la place du romancier, centre de la construction, que tout cesse d’être perçu contradictoirement et prend ainsi son sens."  Raymond Abellio

"Certains artistes sont les témoins de leur époque, d’autres en sont les symptômes."  Michel Castanier, Être

"Les grandes routes sont stériles." Lamennais 

"Un livre doit remuer les plaies. En provoquer, même. Un livre doit être un danger." Cioran

"En art, il n’y a pas de règles, il n’y a que des exemples." Julien Gracq, Lettrines 

"J'écris pour me parcourir. Peindre, composer, écrire : me parcourir. Là est l'aventure d'être en vie."Henri Michaux

"La littérature n’est ni un passe-temps ni une évasion, mais une façon–peut-être la plus complète et la plus profonde–d’examiner la condition humaine." Ernesto Sábato, L’Ecrivain et la catastrophe

"Le langage est une peau. Je frotte mon langage contre l'autre. " Roland Barthes, Fragments d'un discours amoureux 

 

 

Mots-clés

Absence Adresse Afrique Allégorie Alpinisme Amour Anaphore Animal Antonin Artaud Attente Auteur participant aux ateliers Autoportrait Baiser Bateau Blaise Cendrars Cadre Campagne Christian Bobin Chronologie Cinéma Construction Corps Couleur Couleurs Couple Course Covid Description Désert Désir Dialogue Diderot Douleur Ecrire Ecrire ailleurs Ecriture automatique Emmanuel Berl Enfance Enumérations Ephémère Epiphanie Erotisme Exil Fable Faits divers Faulkner Felix Fénéon Fenêtre Fête Fiction Filiation Flux de conscience Folie Fragments Gabriel Garcia Marquez Gestes Giono Guerre Haïkus Henri Michaux Humour Idiomatiques Ile Imaginaire Inceste Indicible Instant Japon Jardin Jean Tardieu Jeu Julio Cortázar Langue Laurent Gaudé Légende Léon Bloy Lieu Littérature américaine Main Maternité Mauvignier Médias Mémoire Métaphore Métro Miroir Moment historique Monologue Intérieur Monuments Mort Mots Mouvement Musicalité Musique Mythe Mythes Narrateur Noms de personnage Nourriture Nouvelles Novalis Nuit Numérique Objets Odeurs Oxymores Pacte de lecture Paternité Patio Paysage Peinture Personnage Photo Phrase Phrases Poésie Point de vue Polyphonie Portes Portrait Printemps des poètes Projection de soi Quotidien Raymond Queneau Récit d'une vie Réécriture Rencontres Résilience Rituel Roman Romantisme Rythme Scène Science-fiction Sculpture Secret Sensation Sève d'automne Silence Soir Solitude Son Souvenir Sport Stages Steinbeck Stupéfiants Style subjectivité Sujets d'actualité Synesthésie Synonymes Téléphone Témoignage Temporalité Texte avec "tu" Textes écrits à plusieurs Tobias Wolff Vieillissement Ville Visage Voix Voyages Voyeur Zola Zoom