Bienvenue sur le blog de mes stages et ateliers  d'écriture !

Textes écrits par des participants à mes ateliers et à mes stages d'écriture, manifestations littéraires, concours... 

Dernière publication

Anne-Marie Dufes
09 juin 2024
Vie
Textes d'ateliers

      Après cette soirée, il lui restait un goût de tourbe dans la bouche. Tout avait commencé par le cri, un cri qui déchirait la solitude en deux et torpillait la nuit. L'eau de la mère s'était ouverte, l'enfant était né. La vie est une lumière où accoster.      ...

Mon blog personnel

Des articles sur l'écriture, des conseils, des exemples, des bibliographies et mes propres textes. Ci-dessous, les derniers articles publiés.

Visitez mon blog

Dernier article paru
Dernier article paru

Guerroyant, le nouveau livre de Pierre Mari

Je viens de terminer Guerroyant, le nouveau livre de Pierre Mari et je suis restée sous le charme. Charme d’un beau récit d’amitié et de vie dont le titre est si bien choisi ! Guerroyant, nous mène sur le chemin de

Lire

Taille du texte: +

La maison est à vous

maison-dans-la-nuit Atelier Dans le noir

J'avais récupéré les clés, chez le notaire, l'après-midi même. La maison est à vous, voilà ce qu'il m'avait dit. J'avais roulé, alors, sans m'arrêter, presque sans respirer et j'étais arrivée, la nuit à peine tombée. La lumière des phares avait éclairé furtivement la façade, si familière et si lointaine. Puis la pénombre d'une nuit sans lune, ni étoiles. Une nuit qui annonçait comme ils disaient un lendemain sans soleil. J'avais difficilement ouvert le portillon, tâtonné d'abord pour distinguer la serrure puis insérer la clé. Je m'en voulus alors d'avoir jeté mon portable au fond de mon sac de voyage. Mais finalement, c'était mieux ainsi. Mieux de prendre le temps de la redécouverte, le temps d'écouter le jardin respirer, d'accorder mon souffle avec celui du grand chêne, que je ne vois pas vraiment mais dont je me souviens et devine l'ombrage, d'y aller en douceur, comme un promeneur sans but. Le portillon grince et sa musique me ramène des années en arrière. On revenait du marché, le petit panier en osier que m'avait offert Mamé, dans la main droite, rempli de pêches, dans la main gauche, un cornet surprise en papier, encore fermé et que j'étais furieusement pressée d'ouvrir au plus vite. Mon petit chapeau de paille de travers sur la tête, cachait mon œil gauche et j'avais la trouille de m'étaler dans l'allée du jardin. Je fixais les pans de sa jupe et ses petites ballerines blanches qui trottinaient devant moi et me guidaient.

Ce soir pas de jupe, pas de ballerines, mais le souvenir de leur bruit sur le gravier. Je m'arrête dans l'allée et fait crisser le sable et les cailloux sous mes semelles. Je tourne sur moi-même comme pour saisir d'un regard vain le jardin dans son ensemble. Je n'en discerne qu'un contour flou, un peu mouvant, sans parvenir à y retrouver le flamboyant de mon enfance et la cabane au fond, près de l'ancien lavoir. Deux pas de plus, j'atteins l'escalier du perron, plus tôt que je ne le pensais et manque de perdre l'équilibre. L'allée est plus courte que dans mon souvenir. Quatre marches, je m'en souviens si bien. Je les ai gravies et dévalées tant et tant, en courant, à cloche pied, deux par deux. Tantôt château, parfois bateau, souvent une île. J'y ai lu, pleuré, boudé, j'y ai ri. J'y ai grandi marche après marche. Sur le perron, je plisse les yeux pour distinguer la porte, sans succès. Les mains tendues, je touche d'abord ce qui me semble être un volet, sans doute celui de la fenêtre de la cuisine, si mes souvenirs sont fiables. Mes doigts glissent doucement sur le crépis de la façade, jusqu'à l'encadrement de l'entrée. Il me reste trois clés, pour trois verrous, peut-être. La peinture écaillée de la porte s'effrite sous mes doigts. Elle était verte à l'époque, vert sapin comme le bois des volets. Je ne suis pas certaine de vouloir quitter la pénombre. Je m'y sens invisible, là sans y être, cachée et à l'abri. Deux verrous seulement. La porte s'ouvre enfin. Ma main se dirige immédiatement vers l'interrupteur, le geste précédant le souvenir, mon corps s'est rappelé. Rien. Pas de lumière. A droite, le guéridon est toujours à la même place, ma main s'attarde sur le napperon brodé. Au milieu un vase, et quelques fleurs en tissu, comme avant. Puis soudain, l'odeur me prend par surprise, ce mélange de fleurs coupées, de thé Earl Grey et de citron. Je la vois soudain dans l'embrasure de la cuisine, ses yeux bleus gris délicieusement plissés, ses boucles parfaitement alignées, un plateau dans les bras. Je la sens, la respire, je sens sa main sur mon épaule, pose ma joue sur son cœur. Je m'abandonne doucement le long du mur. Les larmes coulent enfin, douloureusement réconfortantes. 

EAU-DE-LÀ
Train 58762

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
jeudi 20 juin 2024

Textes à redécouvrir

22 septembre 2019
Nous avons le plaisir de vous transmettre un article concernant les publications de Dominique Godart qui écrit et publie des contes et des nouvel...
1230 lectures
18 mars 2023
Mollement, elle déplace son corps parfait, ses interminables jambes rehaussées d'un cul à damner tous les saints, se saisit du porte manteau et récupè...
334 lectures
16 mai 2024
Dans la queue une femme s'énerve ; elle manque d'éborgner ses voisins en ouvrant son parapluie. Menton frémissant, bouche amère, paupière coléreuse, e...
108 lectures

Phrases d'auteurs...

"Le romancier habite les seuils, sa tâche est de faire circuler librement le dedans et le dehors, l'éternité et l'instant, le désespoir et l'allégresse."  Yvon Rivard

" La vie procède toujours par couples d’oppositions. C’est seulement de la place du romancier, centre de la construction, que tout cesse d’être perçu contradictoirement et prend ainsi son sens."  Raymond Abellio

"Certains artistes sont les témoins de leur époque, d’autres en sont les symptômes."  Michel Castanier, Être

"Les grandes routes sont stériles." Lamennais 

"Un livre doit remuer les plaies. En provoquer, même. Un livre doit être un danger." Cioran

"En art, il n’y a pas de règles, il n’y a que des exemples." Julien Gracq, Lettrines 

"J'écris pour me parcourir. Peindre, composer, écrire : me parcourir. Là est l'aventure d'être en vie."Henri Michaux

"La littérature n’est ni un passe-temps ni une évasion, mais une façon–peut-être la plus complète et la plus profonde–d’examiner la condition humaine." Ernesto Sábato, L’Ecrivain et la catastrophe

"Le langage est une peau. Je frotte mon langage contre l'autre. " Roland Barthes, Fragments d'un discours amoureux 

 

 

Mots-clés

Absence Adresse Afrique Allégorie Alpinisme Amour Anaphore Animal Antonin Artaud Attente Auteur participant aux ateliers Autoportrait Baiser Bateau Blaise Cendrars Bourreau Cadre Campagne Christian Bobin Chronologie Cinéma Construction Corps Couleur Couleurs Couple Course Covid Description Désert Désir Dialogue Diderot Douleur Ecrire Ecrire ailleurs Ecriture automatique Emmanuel Berl Enfance Enumérations Ephémère Epiphanie Erotisme Exil Fable Faits divers Faulkner Felix Fénéon Fenêtre Fête Fiction Filiation Flux de conscience Folie Fragments Gabriel Garcia Marquez Gestes Giono Guerre Haïkus Henri Michaux Humour Idiomatiques Ile Imaginaire Inceste Indicible Instant Japon Jardin Jean Tardieu Jeu Julio Cortázar La vie Langue Larmes Laurent Gaudé Légende Léon Bloy Lieu Littérature américaine Main Maternité Mauvignier Médias Mémoire Métaphore Métro Micro nouvelles Miroir Moment historique Monologue Intérieur Monuments Mort Mots Mouvement Musée Musicalité Musique Mythe Mythes Naissance Narrateur Noms de personnage Nourriture Nouvelles Novalis Nuit Numérique Objets Odeurs Oxymores Pacte de lecture Paternité Patio Paysage Peinture Personnage Photo Phrase Phrases Poésie Point de vue Polyphonie Portes Portrait Printemps des poètes Projection de soi Quotidien Raymond Queneau Récit d'une vie Recueil de nouvelles Réécriture Rencontres Résilience Révolution Rituel Roman Romantisme Rythme Scène Science-fiction Sculpture Secret Sensation Sève d'automne Silence Soir Solitude Son Souvenir Sport Stages Steinbeck Stupéfiants Style subjectivité Sujets d'actualité Synesthésie Synonymes Téléphone Témoignage Temporalité Texte avec "tu" Textes écrits à plusieurs Tobias Wolff Vie Vieillissement Ville Visage Voix Voyages Voyeur Zola Zoom