Bienvenue sur le blog de mes stages et ateliers  d'écriture !

Textes écrits par des participants à mes ateliers et à mes stages d'écriture, manifestations littéraires, concours... 

Dernière publication

Anne-Marie Dufes
09 juin 2024
Vie
Textes d'ateliers

      Après cette soirée, il lui restait un goût de tourbe dans la bouche. Tout avait commencé par le cri, un cri qui déchirait la solitude en deux et torpillait la nuit. L'eau de la mère s'était ouverte, l'enfant était né. La vie est une lumière où accoster.      ...

Mon blog personnel

Des articles sur l'écriture, des conseils, des exemples, des bibliographies et mes propres textes. Ci-dessous, les derniers articles publiés.

Visitez mon blog

Dernier article paru
Dernier article paru

Guerroyant, le nouveau livre de Pierre Mari

Je viens de terminer Guerroyant, le nouveau livre de Pierre Mari et je suis restée sous le charme. Charme d’un beau récit d’amitié et de vie dont le titre est si bien choisi ! Guerroyant, nous mène sur le chemin de

Lire

Taille du texte: +

Demain

Texte d'atelier d'écriture sur les larmes Atelier Larmes

Elles se sont échappées une nouvelle fois.

L'oreiller trempe ses joues de son humidité triste et elle s'essuie machinalement les yeux.

Elle leur avait pourtant interdit de recommencer, de la tourmenter. Mais elle sont là, tapies.

Elles reprennent. Ses épaules tressautent. C'est comme une pluie sur son visage, de minces rigoles salées qu'elle cueille du bout de la langue comme un mets honteux. Elle en éprouverait presque du plaisir, une consolation en tout cas. Elles emportent avec elles un peu du trop-plein de sa douleur.

Elle revoit cette dame dans le bus qui tordaient dans ses mains noueuses un mouchoir tout fripé. Ses paupières étaient gonflées de chagrin, de lassitude aussi. Elle avait eu l'impression de se regarder, de chercher dans ce visage des réponses au grand labyrinthe de sa tristesse. Puis elle avait pensé : Les grandes personnes qui pleurent, ça doit être sérieux ! parce qu'elles n'ont pas le droit lui avait dit sa grand-mère. Peut-être qu'elle avait perdu son chat ?

Elle a les yeux grands ouverts. Larmes de rage ou de peine ? elle ne sait plus à force de pleurer, à force de carambolage dans sa tête. Il pleut dedans son corps, toute cette grisaille qui a envahi sa vie depuis qu'elle est seule ici. Si seule. Elle voudrait pouvoir crier, leur hurler qu'elle n'a pas voulu ça. Mais à qui ? elle voudrait pouvoir adresser ses larmes à quelqu'un. Quelqu'un qui la prendrait dans ses bras, qui la ferait rire, avec des chatouillis, comme autrefois.

Les pleurs ça répare à ce qu'il parait ? pleure un bon coup, ça ira mieux après… sauf que ça la ravine au contraire, ça lui creuse des sillons au plus profond et ça la laisse sans défense, Y'a juste sa rage qui sommeille, juste derrière, contre sa condamnation injuste.

- Sèche tes larmes de crocodile, qu'elle a dit la juge d'une voix aigre. Tu ne m'impressionnes pas ! Et puis c'est un peu tard pour te désoler mais pas encore pour te repentir !

Elle regarde les barreaux qui découpent le ciel par la fenêtre, les gouttes martèlent la vitre et ruissellent pesamment, brouillent son désir de fuir. Elle entend le bruit des clés, les portes qui claquent une à une. Parmi les cris, les coups, elles distingue les sanglots. Elle sait qu'elle n'est pas la seule à souffrir, que l'angoisse du foyer les tenaille, toutes. Mais la plupart des filles attendent d'être seules, pour échapper aux sarcasmes, à la violence de celles qui n'ont plus rien à perdre ou qui ont déjà tout perdu.

Celles-là même qui la guettent. Celles à qui elle essaie de résister mais qui sont embusquées, prêtes à la faire trébucher dès qu'elles sortent : alors la fontaine, t'as fermé le robinet aujourd'hui ? celles qui l'assaillent.

Il y a la grande qui se glisse derrière elle, ses yeux d'acier lui brûle la nuque. Elle sent le souffle rauque des autres, comme des chiens bien dressés. Une nouvelle lui tire les cheveux, sa tête bascule vers l'arrière tandis que la Taupe, celle aux lunettes rayées par la crasse, lui cisaille les côtes. La Poutre lui coince le bras, l'oblige à se courber.

Et puis elles frappent, méthodiquement, à tour de rôle, disciplinées, triomphent enfin lorsque ses pleurs jaillissent.

La hargne monte lentement. Ses larmes, acides comme un venin, lui piquent le coin de l'œil. Sur ses lèvres, leur goût amer est cuisant.

Alors, rageusement, elle les laisse couler, serre les poings.

Demain elle ne pleurera pas. Pas question.

Sa nuque se hérisse, elle se redresse.

Non. Demain, c'est elle qui les fera pleurer. 

Les pleurs.
Panique au Louvre

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
jeudi 20 juin 2024

Textes à redécouvrir

4 avril 2020
 A chaque coup de pioche la poussière s'élève en un nuage sec qui agresse la gorge et vient se coller à la sueur, maculant le visage, les bras, b...
1172 lectures
19 avril 2020
Elle porte l'Afrique sur sa tête. L'Afrique entière. Avec les savanes et les forêts vierges. Elle porte une grande bassine d'eau. Toute l'eau de l'Oub...
1115 lectures
16 juin 2019
Elle est assise, un peu raide, au bord de la vitre. Un peu raide mais si mignonne: les pommettes hautes, les yeux rieurs... juste le dos un peu trop d...
1323 lectures

Phrases d'auteurs...

"Le romancier habite les seuils, sa tâche est de faire circuler librement le dedans et le dehors, l'éternité et l'instant, le désespoir et l'allégresse."  Yvon Rivard

" La vie procède toujours par couples d’oppositions. C’est seulement de la place du romancier, centre de la construction, que tout cesse d’être perçu contradictoirement et prend ainsi son sens."  Raymond Abellio

"Certains artistes sont les témoins de leur époque, d’autres en sont les symptômes."  Michel Castanier, Être

"Les grandes routes sont stériles." Lamennais 

"Un livre doit remuer les plaies. En provoquer, même. Un livre doit être un danger." Cioran

"En art, il n’y a pas de règles, il n’y a que des exemples." Julien Gracq, Lettrines 

"J'écris pour me parcourir. Peindre, composer, écrire : me parcourir. Là est l'aventure d'être en vie."Henri Michaux

"La littérature n’est ni un passe-temps ni une évasion, mais une façon–peut-être la plus complète et la plus profonde–d’examiner la condition humaine." Ernesto Sábato, L’Ecrivain et la catastrophe

"Le langage est une peau. Je frotte mon langage contre l'autre. " Roland Barthes, Fragments d'un discours amoureux 

 

 

Mots-clés

Absence Adresse Afrique Allégorie Alpinisme Amour Anaphore Animal Antonin Artaud Attente Auteur participant aux ateliers Autoportrait Baiser Bateau Blaise Cendrars Bourreau Cadre Campagne Christian Bobin Chronologie Cinéma Construction Corps Couleur Couleurs Couple Course Covid Description Désert Désir Dialogue Diderot Douleur Ecrire Ecrire ailleurs Ecriture automatique Emmanuel Berl Enfance Enumérations Ephémère Epiphanie Erotisme Exil Fable Faits divers Faulkner Felix Fénéon Fenêtre Fête Fiction Filiation Flux de conscience Folie Fragments Gabriel Garcia Marquez Gestes Giono Guerre Haïkus Henri Michaux Humour Idiomatiques Ile Imaginaire Inceste Indicible Instant Japon Jardin Jean Tardieu Jeu Julio Cortázar La vie Langue Larmes Laurent Gaudé Légende Léon Bloy Lieu Littérature américaine Main Maternité Mauvignier Médias Mémoire Métaphore Métro Micro nouvelles Miroir Moment historique Monologue Intérieur Monuments Mort Mots Mouvement Musée Musicalité Musique Mythe Mythes Naissance Narrateur Noms de personnage Nourriture Nouvelles Novalis Nuit Numérique Objets Odeurs Oxymores Pacte de lecture Paternité Patio Paysage Peinture Personnage Photo Phrase Phrases Poésie Point de vue Polyphonie Portes Portrait Printemps des poètes Projection de soi Quotidien Raymond Queneau Récit d'une vie Recueil de nouvelles Réécriture Rencontres Résilience Révolution Rituel Roman Romantisme Rythme Scène Science-fiction Sculpture Secret Sensation Sève d'automne Silence Soir Solitude Son Souvenir Sport Stages Steinbeck Stupéfiants Style subjectivité Sujets d'actualité Synesthésie Synonymes Téléphone Témoignage Temporalité Texte avec "tu" Textes écrits à plusieurs Tobias Wolff Vie Vieillissement Ville Visage Voix Voyages Voyeur Zola Zoom