Aux Editions de Paris, Max Chaleil

Sève d'automne - Chronique d'un retour, roman.

Hiver 1918. Louis, rescapé de la Grande Guerre, regagne un foyer dont il n’est plus le maître après quatre ans d’absence. Les visions macabres luttent contre l’effort désespéré de renouer avec la vie d’avant, auprès d’une épouse qu’a désertée l’amour et d’un jeune frère bien décidé à lui ravir sa place. Hanté par ses démons, porte-voix d’une génération sacrifiée, Louis devra réinventer le sens d’une destinée piétinée par la grande histoire. À quoi bon raconter l’indicible ? Revient-on jamais d’entre les morts ? Sous les yeux de Louis, les nôtres aussi bien, les Cévennes retournent à la pierre. Au rythme des saisons, malgré les veillées, les fêtes et l’amitié qui emplissent le récit de leur rumeur, les murs laissés à l’abandon s’écroulent, les ronces et les genêts envahissent l’espace, et la vie s'évapore comme si les travaux opiniâtres des siècles passés n'avaient jamais existé. Compagnes et confidentes de ses états d’âme, les vallées cévenoles innervent de leur lumière ce drame domestique traversé d’élans d’espoir, dans un récit au lyrisme maîtrisé, âpre et sans concession, hymne poétique aux forces de la nature.

"... des pages d'un lyrisme puissant. "

" Dans un jeu de miroirs l'auteur insuffle l'effroi tout en faisant ensuite chanter l'émerveillement...."

Stéphane Barbier Le Midi Libre

               Et quand le lierre se mettra à fumer, vous vous direz, il n’y a pas de fumée sans cause comme il n’y a pas de rumeur sans quelqu’un pour y mettre le feu. Alors vous descendrez le chemin en terrasses et l’amas de végétation se fera tas de pierres, restes de mas, souvenir de bâtisse qui se maintient encore çà et là.

Et vous avancerez, hésitant, ferez le tour, à l’aventure. Comme ce devait être grand !Le cœur s’agitera, vous serez un explorateur. D’un pan de pigeonnier, vous ferez un donjon et le regard s’affolera, vous serez le prince d’un conte, une belle dort et attend sous l’entrelacs des ronces…

 

Et soudain, au détour d’un coin de mur, il sera là, face au soleil, assis sur son banc de schiste, si vieux, avec un drôle de nez, une jambe qui tremble. 

            —  Bonjour. Je suis content de vous voir.

Et vous serez un imbécile, vous n’aurez que des mots qui ne conviennent pas à ce lieu, à cet homme, à l’époque dont il semble surgir. 

            — Je n’ai rien à vous offrir à boire… attendez !

Et il se lèvera, serpentera sur ses pattes folles, disparaîtra sous les voutes.

Et vous resterez là, pensant que cela fait des mois que vous passez chaque jour au-dessus de ce mas et que vous n’aviez rien remarqué. Mais, déjà, il sera revenu, serrant dans ses mains un bocal de verre et un petit bâton qu’il plongera dans le pot. 

            — Goûtez.

Moins d’un instant pour hésiter et…

            — C’est pour vous, j’y tiens !

Vous lécherez le bois et votre langue explose sous des senteurs de châtaigniers et de bruyère, vous en fermez les yeux.

            — Il est bon, hein ! C’est le miel de mes bruscs !

Vous ne connaîtrez pas le mot, mais vous saurez qu’il ouvre une grotte magique, comme tant d’autres, clède, sube, tancat, blanchettes… les clés d’une grotte perdue. Vous êtes à l’entrée, de la lumière filtre par la fente de ces noms mystérieux, ça brille à l’intérieur, les Cévennes y dorment, repliées sous les mots, sous la poussière des choses qui n’ont plus cours. C’est loin et pourtant, juste là, comme ce mas en ruines, comme cet homme. Vous voudriez vous rapprocher encore, vous tenterez de vous hisser, répéterez le mot. 

            — Des bruscs ?

            — Des ruches troncs.

Un silence se glisse et vous le remplirez trop vite, pressé d’imaginer des arbres nids d’abeilles, des forêts qui bourdonnent, des clairières odorantes où du nectar doré dégorge sur la mousse…

Vous serez restés sur le seuil. 

            — C’est que, vous savez, personne ne vient jamais me voir. On a dû vous parler de moi ?

Et vous ferez un geste de la tête, un geste qui avouera qu’à cet instant vous ne savez plus rien. 

            — Non ? On ne vous a pas raconté l’histoire du Louis et de sa famille ?

Et vous le regarderez enfin, un homme avec un nom et une histoire et, face à ce visage défait qui vous livre sa solitude, vous aurez un peu honte de vos phantasmes de citadin, « les Cévennes », châtaignes et vieilles pierres, tombes abandonnées en plein champ… Assez rêvé ! Il ne sera plus temps de croire que le passé est le plus bel endroit du monde, il n’est que l’ombre du présent, il suffit de vous retourner pour le voir.C’est cela que vous dira ce visage ruiné. 

            — Louis et sa famille, euh… non, on ne m’a rien dit…

Et vous vous tairez, vous aimeriez tant entrer dans cette histoire. 

            — Ah bon, alors c’est qu’ils sont tous morts et c’est tant mieux. Et oui, c’est moi, Louis… 

Est-ce lui qui chuchote ? Ou quelque chose en vous qui parle à sa place, comme une envie qui viendrait vous prendre, vous aussi, l’envie de mettre un peu de piquant dans l’histoire avant même de commencer ?     

— C’est moi, Louis… l’assassin. 

Ce roman est en vente dans toutes les librairies et sur les sites de vente en ligne.

Les éditions de Paris - Max Chaleil
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci