N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1) remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription a été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

Une nuit, il fit jour

La nuit s'installait doucement, Le soleil, au pied du chêne, disparaissait et la forêt se retirait pour se noyer dans l'ombre. Une couverture indigo recouvrait le sol, le jour sans force, s'abandonnait à la fraicheur du ruisseau. Le vert des châtaigniers devenait cendre, leur grosse masse aveugle se découpait sur un ciel de cristal. Le doigt hagard du cyprès venait troubler sa limpidité. Sur la montagne, les maisons s'étoilaient peu à peu. A l'affût, comme une bête aux abois, la nuit envahissait le temps. Mes yeux horriblement ouverts cherchaient un point d'ancrage, l'espace d'une seconde, je fus perdue. Une brusque bouffée de mémoire me prit à la gorge et tout s'enfonça dans l'angoisse.Commença, alors l'étrange.Un frisson nocturne me parcourut le corps tout entier et le cœur plus encore. Les palpitations de ce dernier m'habitaient et décuplaient les limites de ma chair. Une odeur d'ombre s'immisçait à l'intérieur de moi. L'air frais griffait ma trachée faisant une ouverture sur le monde je me diluais dans l'obscurité. J'étais ici et là-bas, la peur s'évanouissait. J'appartenais à l'espace, j'étais arbre, herbe, vent ...la réalité était plus ample, plus vive, l'instant s'effaçait au profil d'une plénitude intemporelle. J'ouvrais les yeux pour entendre la frontière du silence, le temps était l'espace. A la lisère du bois, sous la virgule de la lune, un rossignol philomèle chanta ...vibration de la vie; oui, il y a sur le bord du monde, une petite porte que tu ne vois pas toujours, de prime abord. Un jour, il te vient une respiration, et, les deux mains appuyées sur la margelle de la nuit, tu écoutes, tu t'écoutes et tu mets en lumière ce qu'il te manque à vivre avec tous les possibles que tu n'imaginais pas. Au bout de la nuit, quand la porte se referme, il te reste le défi d'exister pleinement. Ce jour-là, la nuit, il fit jour. 

Atelier d'écriture épiphanie dans l'obscurité
"Sève d'automne, chronique d'un retour "
Dans le noir (2).Noir Lubianka.
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://atelierecriturestage.fr/

X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci