N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1) remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription a été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

Le retour du fils prodigue

 Une journée d'été, quelques nuages blancs isolés se découpent sur le ciel très bleu.

Une grande maison, en forme de L, précédée d'un jardin clos par des murs de hauteur moyenne qui permettent d'apercevoir le jardin.

Un fouillis de verdure.

Derrière un figuier au tronc tortueux, on devine les pierres d'un puits, un cerisier au centre, du bois de chauffage le long du mur, ce qu'il en reste.

Des hauts murs de la maison, des rosiers de toutes sortes dégringolent comme ils le peuvent. Près d'une porte, des plantes aromatiques, on y reconnait du romarin et du persil. Sur la terrasse, l'ombre d'un parasol protège la table sur laquelle est disposé le couvert pour 3 personnes.

A l'étage, de nombreuses fenêtres aux volets clos, à la peinture écaillée.

Seuls au rez-de-chaussée, des volets entrebâillés tentent de protéger l'intérieur et ses occupants de la chaleur.

Dans l'encadrement de ce qui semble être la porte de la cuisine, se tiennent deux personnes d'un certain âge.

A l'ombre du parasol, un homme, grand, les épaules larges, appuyé contre le mur, comme en retrait. Les mains dans les poches, il porte une vieille chemise à carreaux qui sort de son pantalon de toile à la couleur passée. Mal rasé, les sourcils débordants de ses lunettes, le torse est légèrement bombé en avant. Le visage est fermé, creusé de deux rides profondes qui encadrent sa bouche, les yeux enfoncés disparaissent derrière les sourcils. Sur son front perlent quelques gouttes de sueur.

A ses côtés, une femme, sa femme sans doute, plus petite.

Elle porte une robe rayée vert et bleu, un tablier gris autour du cou sur lequel ses mains tentent de faire disparaître des traces de farine.

Ses cheveux vaporeux s'échappent des barrettes qui tentent de les contenir. Elle a l'air fatigué et le rose aux joues de quelqu'un d'affairé. Le sourire qui illumine son visage et ses yeux dit son impatience. C'est un regard ouvert, bras tendus, prêt à recevoir.

Tous deux ont le regard dirigé vers le portail en bois, ouvert sur le jardin.

Près du portail, un homme, jeune, en tenue d'été, short large, tee-shirt et sandales.

Il porte un sac à l'épaule.

Il est seul.

Bras levé,

la main arrêtée dans son élan pour remettre ses cheveux en place.

Geste suspendu, hésitant, fragile

comme à la recherche d'une contenance

comme pour rassembler son souffle

avant de relancer le mouvement.

Il est celui qui vient

Celui qui est absent

Celui qui manque

Il est celui qu'ils attendent

Temps suspendu, étiré

Intensité du Silence

Regards qui n'osent pas

Silence, même les oiseaux.

Une pause

Immobile l'espace d'un instant.

L'espace d'une distance

L'espace du silence

Se voir de loin, d'abord.

S'observer

S'attendre

S'aimer

Traverser le jardin.

Combien de pas ?

Faire le chemin

Solitude

Comment le dire ?

Relever la tête, se redresser.

Se donner du courage.

Conjurer le silence

Comment leur dire ?

Parfois les mots sont des blessures.

Sa mère s'avance pour l'embrasser, son odeur de poudre un peu surannée, sa joue contre la sienne lui font monter les larmes aux yeux.

Son père fait un pas vers lui, se penche un peu et le scrute du regard.

Elle lui prend le bras : Allez mon chéri, viens t'asseoir, on va manger. Après tu nous raconteras !

21 mars 2021. Cécile Gravellier

L'instant d'avant
Extrait de l'article du Midi Libre sur Sève d'auto...
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://atelierecriturestage.fr/

X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci