N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1) remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription a été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

Le jardin de mon enfance

Une image sur ma rétine. Le précieux jardin de mon arrière-grand-mère. Image de vacances lumineuses.

Le jardin de Jeanne glissait en pente douce vers le boccage. Au premier plan le pré, légèrement vallonné. Des vaches au pelage blanchâtre ombré de taches crème. En fond, la ligne du Morvan. Un camaïeu de gris dans la brume. Un ru tintinnabulait en limite de propriété. L'eau fraîche et limpide comme recouverte d'un glacis. Côté jardin, un trou d'eau assez profond hébergeait des grenouilles émeraude, piquetées de terre de Sienne. Un muret, comme en trompe l'œil, entre la petite mare et le jardin servait de garde-fou. Cachées par un noisetier protecteur, il nous arrivait, à ma sœur et moi, d'ouvrir la porte entre le mur et le grillage mitoyen, pour fouiller l'eau et débusquer les batraciens. Collée au muret, la cabane, en bois caramel veiné de reflets argentés, combattait le temps. Dans ce sanctuaire, les outils, le matériel de jardinage. Les épluchures, pour les lapins dans les clapiers. La balance et ses poids couleur cuivre. Nous aimions jouer à la marchande.

Autour du potager, une infinité de fleurs. Les glaïeuls robustes, insolents et mutins, fuchsia, orange, jaune acide en bordure d'allées. A leurs pieds, une suite de fleurs des champs couleurs pastel, souples, légères, vagabondes, arrivées là par le souffle du vent. Les variétés aux formes sculptées sympathisaient avec les voisines aux contours plus modestes. Les figures délicates recherchaient un soutien auprès de leurs proches plus plantureuses. Les parfums fruités, musqués et sucrés des roses, se mêlaient aux arômes capiteux du jasmin. Je courrais à l'appel des fragrances généreuses qui se répandaient dans les calices dépourvus de senteur. Des odeurs exquises, enivrantes ou fugaces, enveloppaient ce paradis d'une délicate sensualité. Des couleurs chatoyantes paradaient aux côtés de couleurs plus effacées. Le turquoise, l'indigo, l'outremer, le cobalt dansaient avec les tons plus atténués. Le soleil attisait les contrastes, roussissait les orangers, éclatait les bleus, jaunissait les blancs, cuivrait le vert des feuillages. Des nuances riches et subtiles se révélaient.

Près de la maison, un parterre de dahlias. Ils me saluaient, rieurs, se dandinaient sur mon passage. Des couleurs audacieuses, complémentaires. Des pigments vifs, flamboyants, explosifs. Des rubis, des cassis, des orangés aux reflets de feu, des jaunes, des bleus. Des pigments plus satinés ; des roses poudrés, des blancs rosés. Un concerto pour couleurs esquissé par l'arc en ciel. Le dahlia blanc offrait la perspective à cette composition presque sauvage.

Le jardin de mon enfance. Une toile. Un chef- d'œuvre. 

Cao So'n, un roman de Mireille Milza
Conversation sous l'érable
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://atelierecriturestage.fr/

X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci