N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1) remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription a été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

La familia grande de Camille Kouchner


J'ai lu ce livre par lequel le scandale arrive. Au début je l'ai pris avec des pincettes. J'ai eu du mal à entrer dans cette histoire, dans cette famille toquée. Dans cette famille où les mères ne portent pas de culottes, où les mères enseignent à leurs filles prépubères comment avoir un orgasme en vélo ou à cheval. Ces mères qui organisent des rencontres pour « déniaiser » leurs filles.

C'était l'époque hippy, les tabous aux orties. Faire une pipe à Fidel Castro était la consécration suprême. On est beau, on est intelligent, on baise. L'été c'est le soleil les cigales, la piscine. On rit. On est nu. On chante. On boit. Que du bon temps. On invite les ministres, les politiques.  Bling bling..

Bernard Kouchner a des choses plus sérieuses que sa famille. On change de père. Arrive l'archange Duhamel. Un vrai père. Un cœur gros comme un camion. Il tutoie les présidents. Sous la table ses mains se baladent, les cuisses s'ouvrent. « Baiser c'est la liberté » dit la mère. En douce Duhamel mesure les quéquettes. Des garçons bien sûr. Peut-être mesurait-il le vagin des filles aussi.

A la fin la grand-mère Pisier s'est suicidée, le grand-père s'est suicidé, Marie-France s'est suicidée et Evelyne Pisier, la mère de Camille en apprenant la chose a sombré dans l'alcool et la dépression. Elle a refusé de voir ses enfants après la révélation.

Mais de tout cet embrouillamini on retient la souffrance des victimes. La souffrance du silence, du non-dit. Ce serpent qui ronge Camille depuis trente ans. Elle a écrit ce livre pour tuer ce serpent. Il faut du courage.

Un livre sur l'enfance trahie. Sur l'insupportable poids du silence. Un livre indispensable. S'il pouvait aider à lutter contre le mal ! 

Printemps des poètes 2021, "sous le signe du Désir...
23ème édition de Voix Vives à Sète du 18 au 25 ju...
 

Commentaires 1

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Sylvie Reymond Bagur le vendredi 5 février 2021 15:26

Merci Bernard pour ce commentaire. J'apprécie ce partage, permettre de découvrir des livres c'est aussi la vocation de ce blog.

0
Merci Bernard pour ce commentaire. J'apprécie ce partage, permettre de découvrir des livres c'est aussi la vocation de ce blog.

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://atelierecriturestage.fr/

X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci