N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1) remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription a été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

La casa stravagante. (à trois voix : la main, la poésie, la symbolique)

La scène se passe à Capri, au bout de l'île, à 350 marches au-dessus de la mer. Trois personnes, Maxime, Maria et Sauveur, se retrouvent pour y bâtir une maison ronde avec des murs de livres.

Maxime est grand, carré de tête, poitrine d'enclume, cheveux en javelles séparés par une raie au milieu. Ses mains sont larges comme des queues de castor Il porte la tunique écrue des paysans russes.

Maria est petite, presque potelée. Des yeux pervenche, deux mésanges à la place des seins. Elle parcourt l'Italie dans un fourgon Citroën en tôle ondulée pour trouver de livres. Dernièrement elle a cambriolé la bibliothèque Médicis à Florence.

Sauveur, lui, parle beau. Traits dessinés à la plume, cheveux gominés, moustaches effilées comme des rapières. Un livre de Sade sous le bras et une canneau pommeau d'ivoire.


Maxime. Ils pensent que c'est facile de bâtir des murs en livres. Ils se trompent. Chaque livre a son épaisseur, son compte-pages, sa langue, son amour-propre Et il faut assembler, accorder, ajuster, sans froisser le papier. Bref. Être à la fois maçon et diplomate, par exemple ne jamais mettre la Torah et Mein Kampf à côté.
Pour commencer le mur, il faut des fondations solides. Pour cela Karl Marx est le premier choix. Indéfectible. Indestructible. Maria voulait mettre les Pensées de Pascal. On s'est disputé. Un mur doit soutenir l'immense poids du bleu au-dessus de nos têtes et on ne peut raisonnablement pas le construire sur quelques pensées floconneuses.

Il faut aussi du mortier pour jointoyer, boucher les trous, corriger les niveaux. On le prépare en faisant bouillir des livres dans une marmite puis on baratte jusqu'à obtenir une sorte de tapioca. Je recommande Houellebecq, il fait un excellent tapioca. René Char aussi avec en plus des herbes de Provence

Ensuite le mur monte une rangée après l'autre en suivant le fil à plomb du ciel.

Maria  J'aime ce mur, mosaïque d'histoires, de langues, de philosophies, de guerres de religions. Le tissage savant des écritures, le secret des pages, la respiration lente des phrases.
J'aime cette myriade de rubans marque-pages qui flottent dans le vent. On se croirait dans une fête tibétaine. Le cortège des morts de Dante dans leurs habits de capucins .Les petits jésus en sucre d'orge dans la tranche dorée des missels. Les mille petits crimes d'Agatha Christie. La lumière des cerisiers en fleurs

En haut du mur sous la génoise, j'ai mis quelques livres de Christian Bobin pour que les hirondelles viennent faire leurs nids. En attendant je lis l'Odyssée et me voilà Circé languissant son bel Ulysse.

Sauveur(assis sur un fauteuil à l'ombre du cerisier)
Ronde. La maison est ronde. La maison est le centre du monde. Le ventre de la mère, le ventre de Cronos, le ventre du loup où nous finirons tous un jour, grand-mère ou Chaperon Rouge.
Ronde comme l'ovule, la lune, la tête de Picasso, l'Univers.
Les livres sont les murs de notre maison. Ils nous protègent de nos peurs ancestrales et de nos fantasmes. Ils nous protègent de ce qui est au-delà de l'écriture, notre ignorance. Le livre est la clé d'or d'une porte que nous chercherons toujours, l'amnios de nos fantasmes.
La maison est notre grotte et le livre notre alphabet rupestre.

On entend une voix de dedans la maison « Sauveur, à table ! »

__________________________

Dans les rôles de ;
Maxime, Maxime Gorki
Maria, Maria Zakrevskaïa
Sauveur, Salvador Dali.

Séance de dédicaces
Colloque à Montpellier
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://atelierecriturestage.fr/

X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci