N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1) remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription a été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

Fraction de seconde

Une guerre civile est imminente.... Le pays est fracturé. Des rebelles communistes ont envahi la capitale. De nombreux affrontements entre les deux partis opposés déchirent la ville. Beaucoup d'habitants ont fui ; d'autres se cachent , impliqués dans la cause politique...

Il est jeune .... Presque un gamin qui se tient debout, au milieu de la rue désertée. Le bas de sa chemise à carreaux se soulève un peu.

La lumière est crue.

Sur la droite, des immeubles longent la rue. Les balcons sont vides. Pas de trace de vie.

Au loin, se détache un grand bâtiment blanc. Des petites ouvertures semblent être des fenêtres.

Soleil au zénith. Luminosité aveuglante.

Sur le sol, des ombres déposées par les arbres qui longent le côté gauche de la rue.

Haut dans le ciel, deux nuages transpirent dans la chaleur brumeuse.

Il est jeune, au milieu de la rue désertée. Pas d'autos, pas de piétons, pas de vélos, pas de chiens.

Derrière lui, loin derrière, un tank remonte l'avenue. Il avance seul en direction du jeune homme qui a les mains derrière le dos, comme attachées. Il plisse les yeux ; une partie de son visage est dans l'ombre. Il semble suspendu entre là et l'ailleurs.

Pointé vers sa tempe, un revolver.
Un homme de dos, le visage tourné vers lui, Un doigt sur la gachette,

Totalement un dans ce geste glacial dirigé vers ce visage, vers le jeune visage tétanisé dans un spasme.

En une fraction de seconde, il revit le visage de Maï Lin.... Marchant pieds nus entre les pousses de riz, marchant vers lui avec ce sourire si doux, si doux.... Il s'effondra sur l'asphalte dans un bruit sourd. Son visage recouvert de sang comme un linceul.

Il était jeune, presque un gamin, qui gisait là, seul, au milieu de la rue désertée. 

Proposition d'écriture d'un texte court pour le th...
A partir des 2 photos proposées et de l'incitation...
 

Commentaires 1

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Sylvie Reymond Bagur le mardi 6 avril 2021 08:43

Un texte, qui, à sa manière, nous raconte une photo de guerre, la même que celle du texte précédent, celui de Sylvie. L'écriture mise au défi par la force d'une photo, l'insoutenable, l'instantané.

0
Un texte, qui, à sa manière, nous raconte une photo de guerre, la même que celle du texte précédent, celui de Sylvie. L'écriture mise au défi par la force d'une photo, l'insoutenable, l'instantané.

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://atelierecriturestage.fr/

X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci