N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1) remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription a été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

Dans le noir (2).Noir Lubianka.

(Lubianka, Moscou, est le siège de la terrible Tcheka, police politique de Lénine)  

----------------------------

Grand Hôtel Lubianka, troisième sous-sol, ou cinquième, un couloir, puis un autre, puis une porte, anonyme, chez moi, ou plutôt chez nous, l'obscurité et moi. Tous les deux on fait bon ménage. Elle s'est habituée à ma présence, je me suis habituée à ses nuances, son haleine, ses atomes lumineux qui la traversent, ce filet jaunasse qui coule du judas.

Je connais les craquements du noir, les tressauts, les crânes cognant les murs, les ongles creusant la pierre, les fonds d'écuelles qu'on racle, le seau qui se renverse.

Ah enfin te voilà ! tu es en retard aujourd'hui. Non je ne parle pas au noir mais à Fiodor, mon visiteur, mon fidèle, mon rat. Toujours tiré à quatre épingles, costume suédine, moustache d'aristocrate anglais, les yeux en boutons de bottines. Il m'apporte les relents de la ville, je lui apprends à chanter. Oui, à chanter.

Lui aussi a faim. Dehors c'est la guerre, dedans on est bien. Je t'ai laissé un reste de bouillie et un crouton de pain. Oui je sais il est dur, mais je n'ai rien d'autre. Ici on n'est pas chez Brillat-Savarin.

Aller au travail maintenant. J'espère que tu as répété à la maison. On reprend le Confutatis qu'on a fait hier

Confutatis.♪. Non Fiodor, les violons d'abord. Le chant commence à la quatrième mesure. Et rappelle-toi c'est en La mineur.

Confutatis maledictis, flammis acribus addictis.

C'est bien Fiodor, tu fais des progrès. Mais plus fort. La voix doit sortir de la poitrine comme le tonnerre de l'orage. Elle doit faire vibrer les murs, s'ouvrir les portes…

Ça veut dire quoi ? Que les méchants iront dans les flammes de l'enfer. Si tu avais étudié ton latin au lieu de faire l'école buissonnière tu le saurais. Non un requiem, c'est pas en russe.

Maintenant on passe au Lacrimosa. Toujours en La mineur.

D'abord les violons. Très doux. Ils glissent sur des patins de feutre. Puis le chant. Sotto Voce. Très lent. On monte pas à pas. On monte vers la Lumière. Vers l'Apothéose.

Lacrimosa dies illa, qua resurget ex favilla judicandus homo reus…♪

Soudain, en guise d'apothéose la porte s'ouvre d'un coup de pied. La lumière jaune du couloir entre dans la cellule. Jaune pisse. Jaune béton. Jaune sang.
L'heure de l'interrogatoire!

------------------------

***D'après Maria Zakrevskaïa enfermée dans cette prison en 1920.

Une nuit, il fit jour
Dans le noir (1)
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://atelierecriturestage.fr/

X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci