N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1) remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription a été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

C'était un lundi. Dans la plaine, le jour se levait, l'espace offert aux yeux des hommes paraissait infini. Une brume légère couvrait les reliefs et la neige masquait les dénivellations. Toutefois, une trouée dans ce halo permit à un groupe de cavaliers équipés de longue vues de distinguer tout au fond, en direction du sud, les vastes étangs gelés ...
Lire la suite
Sa main l'a juste frôlée Une odeur s'est envolée Leurs pensées s'enfuient Fugaces jusqu'à l'infini Ils ne se sont pas regardés Ils ne se sont pas parlé Ils sont simplement assis Juste pour un instant, ici Dans le roulement monotone D'une matinée d'automne Soumis au rythme infernal Du familier ventre de métal Mais ils s'échappent, ils rêvent Ils tis...
Lire la suite
Les gouttes de pluie tombent avec un zèle têtu sur la tôle ondulée du toit où Luan a trouvé refuge. Il se tasse en boule dans un coin sombre, enveloppant ses jambes dans ce qui reste des pans de sa chemise. Elle est un peu grande, c'était la chemise de son père. Tout le jour il a cherché son chemin dans les rues grouillantes et ce n'est qu'à l'arri...
Lire la suite
 Le jour du face à face est arrivé, on l'a attendu, on l'a redouté, il est là sous nos pieds tremblants. Nous franchissons le pas de la porte, la salle de l'Association ressemble à une salle de classe. Delphine la psychologue a le sourire d'un maitresse d'école qui accueille ses élèves pour la première fois. Nous avançons vers elle, toutes les...
Lire la suite
Il y a une petite fille près de la fenêtre, elle a huit ans, elle regarde la nuit qui tombe. La croisée se découpe en sombre sur le mur rose pâle. Le peintre sans doute un peu novice a laissé quelques grumeaux dans la peinture. Ce n'est pas grave c'est joli quand même ce ton doux et discret. Lucile aime cette couleur, elle y est habituée, elle ador...
Lire la suite
L'amour est un Voyage.Le corps de l'être aimé regorge de lieux de villégiatures. Le soleil brille, le ciel est bleu d'azur comme sur une carte postale. La première destination peut sembler trop simple. Dans l'air flottent des parfums de tomate mûre, de thym, d'huile d'olive intense, de féta crémeuse et celui aigrelet des olives noires de Kalamata q...
Lire la suite
Quand on a tout oublié, que la vie d'autrefois est partie ailleurs, que les présences les plus chères se sont envolées, il reste l'odeur, sentinelle immobile sur les remparts du château, silhouette furtive mais tenace qui s'insinue au travers des fissures de l'âme. Parce qu'elle est essentielle, parce qu'elle est primitive. La maison a ses parfums ...
Lire la suite
 J'ai 12 ans… Je suis debout devant la fenêtre de la salle à manger. Je regarde la cour, le tout petit jardin, les maisons alentour. On appelle cela un lotissement. Il n'y a rien de particulier à voir, les maisons sont toutes pareilles avec des murs de briques et des toits d'ardoise. Ce sont juste des lignes droites, anonymes. J'aime bien cont...
Lire la suite
Salut Œil de Lynx !Tu vois je suis là, c'est moi Léon, encore une fois! Je ne te demande pas si je peux m'asseoir, je passe ma vie assis devant toi, à te fixer. Allez, cesse de te promener sur ton fil, viens te poser prés de moi. Tu le sais, tu es irremplaçable, « taillable et corvéable à merci » comme tu dis. Moi je dirais plutôt que tu es à la fo...
Lire la suite
Krabi, janvier 2019, La première fois que l'on rencontrait Agricol Perdiguier on ne pouvait guère, à mon avis, se faire une idée de la complexité du personnage. Ou alors il eut fallu un esprit plus affûté que le mien. Je n'avais que 17 ans... La première fois que je le vis donc, c'était lors d'une de ces fêtes qui se donnaient à la période de Noël ...
Lire la suite
La soirée avait commencé dans une ambiance bizarre. Le ciel resté longtemps noir et menaçant avait fini par exploser en éclairs, coups de tonnerre et grosse pluie lourde. Regarder par la fenêtre était d'une tristesse sans nom. Pour compléter le tableau j'avais écouté en boucle ce vieux CD de Léonard Cohen qui parlait de la fin d'un amour et puis de...
Lire la suite
Et il fut un temps où plus personne ne pouvait sortir de chez soi. C'était devenu dangereux. Et interdit. Une sorte de silence ouaté envahit la ville et la campagne, en France, mais aussi en Italie,dans toute l'Europe et même dans le monde entier. C'était inédit, impensable, incroyable. Mais vrai! Les rues des métropoles chinoises étaient vides, de...
Lire la suite
En l'an 1787, le lendemain du jour de Noël, les villageois d'une petite ville du sud assistèrent atterrés à la sortie d'un groupe de prisonnières. De « chétives créatures au teint blafard, ayant à peine la force de se trainer tellement leurs membres étaient ankylosés ». La plus âgée avait 83 ans, la plus jeune était restée enfermée 23 ans. Le tissu...
Lire la suite
Il y a trois vaches dans le pré. Elles sont blanches. L'une a la tête relevée, un regard doux et inquiet qui donnerait envie de l'apprivoiser, les deux autres paissent, tranquilles, exactement ce que l'on l'attend de toutes les vaches. Le pré s'étale en pente douce, un dégradé de verts nuancé de jaune. En haut du pré, les collines boisées étincelle...
Lire la suite
Cousine Hélène habitait le premier étage d'un bel immeuble en pierre situé juste en face de l'église. Son appartement était vaste et majestueux avec de longues fenêtres en forme d'ogive et de hauts plafonds. Elle y vivait seule, elle était veuve et n'avait pas eu d'enfants. Mais il fallait bien tout cet espace pour y loger avec le soin nécessaire l...
Lire la suite
Il a sonné à la porte et on lui a ouvert, car sa visite était prévue, programmée pour ainsi dire, annoncée par un courrier officiel. Cette année là, la France entière passait du courant 110 volts au courant 220 et les services d'Electricité de France procédaient aux changements de tous les appareils électriques en activité dans tous les foyers. En ...
Lire la suite
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci